Nice. La socca, une régalade patrimoniale. Le café Indien

2728 25 2422 213029On nous vend toujours cette ville comme une ville de vieux, une ville qui ne bouge pas. Pour y être passé à plusieurs reprises depuis ma tendre enfance, Nice a un charme désuet en apparence, avec ses beaux immeubles, ses beaux hôtels, sa promenade des Anglais et sa vieille ville aux accents Italiens, mais à l’intérieur il y gronde une vie culinaire insoupçonnée. La gastronomie Niçoise a cette petite chose en plus que j’appellerai le raffinement méditerranéen. C’est surtout une palette de saveurs et de traditions fascinante: Ratatouille Niçoise, olives Niçoise, pissaladière, agrumes, salade Niçoise, pan-bagnat et d’autres encore… Au milieu de toutes ces spécialités il y en a une que j’affectionne par dessus tout, c’est la socca.

La socca est une galette confectionnée avec de la farine de pois chiche, de l’eau, de l’huile d’olive et du sel. Elle est ensuite cuite dans un four à bois, sur une immense plaque, pendant presque une heure. Deux enseignes se démarquent vraiment, Chez Pipo et Chez René. Pour moi c’est Chez René. La part y est à 3€ et est très généreuse, un peu plus grasse que Chez Pipo où elle est à 2,80€ et beaucoup moins généreuse. Niveau goût les deux se valent. On la mange brulante, avec les doigts, dans la rue, et c’est un des plus grands bonheur que vous trouverez sur la côte. Vous avalez un bout du patrimoine Niçois, vous sillonnez  les rues agitées du vieux Nice, on vend du poisson frais à droite, à gauche en vitrine les petits farcis sont alignés comme à la fin de la récrée, vous vous retrouvez nez à nez avec une église baroque aux influences Italienne, un rayon de soleil frappe votre visage, ça sent le citron confit, l’olive et vous pensez au mérite de cette ville et au moment exceptionnel que vous êtes en train de vivre.

On s’arrête devant la brûlerie Café Indien, l’accueil affiche un beau sourire, du café vient d’être torréfié. On commande un grand café au lait, le lait est à bonne température, autour de 60°c. Moins de 4€. Direction la promenade des Anglais pour achever cette escapade. Le soleil baigne toute la ville de sa générosité et la mer vous salue avec ses beaux yeux bleus méditerranée.

Le paradis.

Café Indien. Ouvert du mardi au samedi, de 9h à 12h30 et de 15h à 19h

35 rue Pairoliére, 06300 Nice

04 93 85 62 57

Chez René. Ouvert du mardi au dimanche, de 9h à 21h

2 rue Miralheti, 06300 Nice

04 93 92 05 73

Chez Pipo. Ouvert du mardi au samedi midi dès 11h30 et le soir dès 17h30. Fermé lundi et dimanche midi.

13 rue Bavastro, 06000 Nice

04 93 55 88 82

One thought on “Nice. La socca, une régalade patrimoniale. Le café Indien”

  1. Babdemars
     ·  Répondre

    Chacun sa madeleine, pour moi la socca se mange légèrement poivrée avec les doigts gras.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*